Culture

Encens: un chercheur est parvenu à déceler les secrets de cette odeur particulière

Encens: un chercheur est parvenu à déceler les secrets de cette odeur particulière

Un chercheur niçois de 43 ans est parvenu à percer le mystère entourant l’odeur si particulière de l’encens, le plus ancien parfum du monde. Une découverte rendant désormais possible la production à grande échelle.

Bien que les premières traces de son existence remontent au quatrième millénaire avant notre ère, le mystère planait toutefois encore quant à sa composition exacte. C’était sans compter sur Nicolas Baldovini, chercheur à l’Institut de chimie de Nice.

Ce dernier est récemment parvenu à déceler la nature des éléments chimiques caractéristiques de l’odeur si particulière de l’encens, utilisés tant à des fins domestiques que religieuses.

Jusqu’alors, seules les notes de tête et de cœur étaient connues. Aucune piste n’avait encore toutefois été formulée quant à la note de fond, celle qui perdure alors même que les autres, plus volatiles, s’évaporent.

Deux molécules identifiées

Pourquoi tant de mystère entourait-il encore un produit connu de tous? La faible concentration de ces molécules semblait poser problème: « leur concentration est de 100 ppm (parties par million) dans l’huile et de 10 ppm seulement dans la résine. C’est rare d’avoir des composés aussi puissants. On est donc aux limites de la résolution des appareils actuels. D’ailleurs, nos premières analyses n’ont rien donné », explique le chercheur.

Ces molécules, Nicolas Baldovini assure être parvenu à les identifier « de manière irréfutable ». Pour confirmer cette découverte, accompagné de son équipe, il s’est employé à synthétiser ces deux isomères pour en constater le pouvoir odorant.

Ce produit d’antan, qui figurait d’ailleurs parmi les cadeaux offerts par les rois mages, a enfin dévoilé tous ses secrets. Une découverte qui fait le bonheur de l’industriel Vallauris Albert Vieille, partenaire de la recherche et spécialiste des matières premières 100% pures et naturelles.

Que de chemin parcouru, donc, pour cette résine issue d’un arbre originaire du Dhofar, appartenant à la famille des Boswellias.

Qui sait, peut-être découvrirons-nous cette odeur si particulière de l’encens par petites touches dans de nombreux futurs parfums?

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Les plus populaires

To Top